18 janvier 2008

Carlos, un ange monté au ciel

Bon, alors hier, ça a vraiment été une journée de merde. Déjà, je me suis levé à 6h30, ce qui est un traitement inhumain pour moi. Tout ça pour des partiels en plus. Et puis tiens parlons-en de ces partiels :  c'est tombé sur LA matière sur laquelle tout le monde a fait l'impasse. C'est tellement à contrepied de l'enseignement qu'on reçoit, et en tirage au sort avec une matière hyper importante dans notre formation, que forcément, on se dit que ça tombera jamais.
Sauf que ça tombe, genre une fois tous les dix ans, et ça a été pour nous. Je me souviens même que pour déconner, au cours du semestre on se disait "ça serait drôle si ça tombait dessus". Et bien non, finalement, c'est pas si drôle que ça. Bon, ça a fait rire jaune un bon 3/4 de la promo, mais globalement je préfère la blague des deux putes.
Bref, après trois heures de laborieuses recherches centrées sur ce que je vais bien pouvoir raconter (et au final, on est surpris - mais pas tellement - de voir le nombre de poncifs qu'on peut écrire pour éviter la page blanche), je rentre donc chez boudin. Et là, il pleut. Sale temps pour une sale journée : normal.

Mais tout ça n'est rien, ou alors ce n'est que frivolité inconsistante et pleurnicheries geignardes, comparativement au drame ayant frappé la France, ce midi du 17 janvier 2008.
Aux infos de la radio (Boudin me faisait justement remarquer que c'est so bobo de dire qu'on écoute les infos à la radio - avec les chargées de recherche de son stage qui hurlaient tour à tour que elles aussi elles écoutaient les infos à la radio, à croire que si elles ne le disaient pas, elles risquaient d'être mal vues), bref aux infos, on nous apprend que le numéro 1 de la bonne humeur française a disparu.

Alors j'en profite pour glisser un mot au sujet de cet exaspérant euphémisme. J'ai déjà du mal quand je l'entend une fois, mais Morandini (le seul laxatif auditif) s'est évertué à le caser à chaque fin de phrase. Alors voilà le truc : Carlos n'a pas disparu, on sait pertinemment où il est, il est mort. M. O. R. Mort.

Oui, le guilleret troubadour, le gros barbu rigolo, le poète à la verve ensoleillé, le frétillant saltimbanque, l'anté-Baudelaire, le chansonnier vindicatif, bref, Carlos, l'homme aux milles noms nous a quitté pour des horizons plus enchanteurs.
Cela a provoqué une énorme vague de tristesse hier midi (à tel point qu'il m'a fallu attendre un jour avant de pouvoir écrire à ce sujet). Tout le monde était sous le choc.

Témoignages (ou comment faire de la ligne à peu de frais, sur le dos des potes).
12.33 : "[...]je demande demande trois jours de deuil national, et un hommage sur ton blog... Merci" J.B. aka Bhaâl. De rien farfadet, ça faisait partie de mon devoir. J'espère qu'il aura des funérailles nationales et qu'on l'enterrera sous l'Arc de Triomphe à la place de l'inconnu.
12.34 : "Il est mort? papayou à son âme" Q.R. Je comprend ton incrédulité, mon ami.
12.34 : "Non je veux pas te croire, c'est impossible ! [...] Nous sommes quasi orphelins" Y.L., aka Nanou dog.
12.45 : "Oh nooon!! il ne peut pas nous quitter si tôt ! Toi qui oeuvrais pour le bonheur de tous, repose en paix, ô grand papayou" M.B.
12.53 : "Oh mon dieu, Carlos est mort ..." A. C.
Au fil de la journée, les statut Gtalk deviennent "en deuil".

carlos_en_slip_ange

C'est une bien difficile réalité qu'il nous faut accepter, adieu Carlos, tu auras su apporter du bonheur à des milliards de gens. A l'instar de Gregory Lemarchal, tu es décidément parti trop tôt. Cependant, françaises, français, belge, belge, blogueuses et blogueurs du monde entier, ne vous laissez pas gagner par la tristesse : Carlos aurait voulu que nous procédions à d'orgiaques libations en son honneur : alors mes amis, buvons, mangeons, et tirelipimponnons nous le chihuahua.


Edit : Aujourd'hui, c'est Bobby Fischer qui est mort à 64 ans, lui aussi, mais à Reykjavik. Si vous connaissez des gens qui ont 64 ans, dites-leur que vous les aimez. Vite.

Posté par Black_Ninja à 16:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Carlos, un ange monté au ciel

    Pff, depuis hier, je croyais qu'on parlait du terroriste!

    Je déconne. Paix à son âme.

    Posté par sharky, 18 janvier 2008 à 17:16 | | Répondre
  • Je te remercie pour ce vibrant hommage. J en tremble encore en te lisant.

    Merci.

    Posté par Bhaâl, 18 janvier 2008 à 18:29 | | Répondre
  • Sharky : il ne faut pas souiller la mémoire de ce héros de la franchouillarderie en l'associant homonymement à des crapules, c'est pas très gentil.

    Bhaâl : C'était le moins que je puisse faire.

    Posté par Black_Ninja, 20 janvier 2008 à 21:44 | | Répondre
  • Merci pour ta galette : elle était encore meilleure ce matin...

    PS : j ai pas abusé : je ne vous ai pas appelé ce matin...

    Posté par Bhaâl, 23 janvier 2008 à 09:49 | | Répondre
Nouveau commentaire