Pour un monde meilleur, allez voir ailleurs

03 août 2008

Echec au test de parentalité.

Y'a pas longtemps, c'était l'anniversaire de ma nièce qui fêtait ses 6 ans. C'était aussi l'occasion pour Boudin et moi de nous projeter dix ans dans l'avenir, et c'était pas joyeux.

 

Quand on est arrivé, il n'y avait que ma nièce, on était deux adultes pour une morveuse, c'était gérable. En plus, elle avait reçu une DS la veille, alors ça lui a bien pris une demie-heure pour percuter qu'on était arrivé. Elle jouait à Animal Crossing, qui est évalué "à partir de 3 ans", mais là, j'émets quelques doutes : quand on sait pas lire, c'est un peu chiant comme jeu. Comme elle m'a dit en me faisant visiter sa ville, arrivée chez le banquier "lui faut pas aller le voir : il parle trop". En même temps, elle a pas tort, déjà que dans la vraie vie les gens qui parlent trop c'est fatiguant, mais alors en jeu vidéo, c'est proprement insupportable.

 

C'était aussi le cas de la taupe, qui en début de partie a bien passé cinq bonnes minutes à engueuler ma nièce parce qu'elle avait éteint le jeu sans sauvegarder. Je veux dire, y'a quand même pire dans la vie. Je faisais la lecture, mais à un moment, j'ai remplacé les paroles par "blablabla", j'ai bien cru que si je continuais à lire, ma nièce se serait mise à pleurer. C'était vraiment une connasse cette taupe. Bref, n'achetez pas de DS avec Animal Crossing à vos enfants. Envoyez les moi plutôt (je parle des DS, vos enfants vous serez gentils de vous les garder).

 

Bref, avec ma nièce c'était cool, on a visité sa chambre (bien qu'elle fasse 9m², ça prend du temps), on a parlé des aborigènes (oui, ça surprend, apparemment c'était au programme cette année à la maternelle), on a fait de la cuisine, c'était vraiment sympa. En plus, elle commence à perdre ses dents (une en haut ,une en bas) alors c'est drôle. Et puis elle en a 5 autres qui bougent, d'ailleurs elle nous l'a prouvé (j'avais oublié comme c'était bizarre les dents de lait). Après sont arrivés des cousins/amis, alors c'était atelier argile. Alors l'argile, c'est genre de la pâte à modeler, mais en plus sale. Sans doute pour permettre plus de fun. Et à partir de là, avec Boudin, on a bien vu qu'on était pas près. Le rapport de force s'était inversé : on était maintenant à 4 gamins face à deux jeunes adultes. Ils étaient mignons, surtout au début. Mais au bout d'un moment, ça crie, ça bouge, ça veut faire 3 trucs en même temps. Non. Je dis non. Pour citer un parolier contemporain, Didier Super, "les enfants, ça sert à rien, faut les brûler". Mais mignons. Mais fatiguants.

Et encore après après, y'en a deux autres qui se sont pointés, les pires. Les précédents,  je l'ai dit, ils étaient mignons. Mais alors ces deux là, non. Le garçon, déjà, il commençait mal : il avait des tatouages style tribal dans les cheveux. Genre comme ça. Lui, dans dix ans, il écumera tous les meeting tuning, c'est obligé avec une coupe de cheveux pareille. Et il était du genre à entrainer l'autre à faire des conneries et à s'arranger pour que ce soit l'autre qui se fasse chopper plutôt que lui. Et quant à la fille, déjà, elle était dégoutée parce qu'elle avait pas de DS elle, alors qu'elle savait lire, elle, et puis elle était prétentieuse, et moi j'aime pas ça les gamins prétentieux. En puis elle était plus que replète. Et si y'a un truc que j'aime encore moins que les enfants prétentieux, c'est les enfants gros et prétentieux. Je les hais. Viscéralement.

Par la suite, une fois que les tendres bambins eurent diné, et qu'ils furent conviés à aller jouer à l'étage, dans une chambre, loin, à s'éborgner s'ils le veulent, mais en silence par pitié ; nous, plus de 20 ans, passâmes à table. Et là, globalement, bon, c'est comme nos soirées, ça parle de cul, ça boit de l'alcool, ça mange gras. Bon, tous nos repères ne s'écrouleront pas lorsque nous subirons les affres de la MST la plus rependue au monde, la grossesse.

Posté par Black_Ninja à 15:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]


14 mai 2008

Artiste Indé d'Angers

"Indé", c'est pour indépendant, certes, mais là, je pense que c'est surtout pour indésirable. Enfin bref, c'est incroyable, c'est par le biais d'un site de vidéo que je fais la découverte d'un artiste majeur du groove français, et cet artiste est angevin. Le nombre de concert que j'ai raté, ça me fout la rage. Sous vos yeux ébahis, et pour vos oreilles farouches et délicates : Stephano di Mariano. LE artiste.


Dingue de mon slip
envoyé par fure
Avouez que ça tue. Et sinon, vu que ça fait un bout de temps que j'ai rien posté, oui, je suis bientôt en partiels.

Posté par Black_Ninja à 19:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]

16 avril 2008

Avares et méchants.

Nous baladant avec Boudin dans les rues d'Angers, nous croisâmes un jour un de ces nombreux mini-groupes de ponks-à-chien quêtant la piécette auprès des passants.
"Est-ce que vous avez une petite pièce, il parait que les amoureux sont généreux !" nous lança l'un d'entre eux. Avec Boudin, nous avions déjà eu le droit à cette phrase plusieurs fois, alors on avait mis en place une réponse pour couper court à tout ça, du coup, je répondis "ah oui mais non, nous on est ensemble juste pour le cul". Ce qui n'est pas non plus totalement faux. Le cul et l'argent en fait (elle gagne de l'argent en allant à son stage, rendez vous compte).

Malheureusement, cette réponse outra l'individu aux cheveux crêtus, qui me rétorqua, en substance "si j'étais elle, je te collerai une baffe". Nous étions déjà loin mais avions chacun notre réponse, à savoir
- "si t'étais elle, j'aurais jamais eu envie de te faire le cul pour commencer"
- "si t'étais moi, tu serais pas dans la rue".

Je l'aime, que voulez-vous.

Posté par Black_Ninja à 16:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 avril 2008

F**k you, I'm (becoming) famous

Stupeur.
Forcément, je vais en parler. Un soir, je regarde le JT, tranquillement, lorsqu'arrive un reportage sur l'action citoyenne des sportifs français. Je vois un David Douillet endimanché brandir un index fébrile et indigné en direction d'un rond dans lequel figurent cinq autres ronds multicolores et une phrase, un slogan, un cri du cœur : "Pour un monde meilleur".

douillet_crop

Un ange passe. Je me moque benoitement du slogan choisi.
Little Boudin s'enquiert : "Il fait quoi Douillet ?
_ Bwaf... chais pas, il a arrêté le sport, il a arrêté les pubs nutella, il a arrêté de raquetter les enfants... ptèt il s'ennuie."
...
Entrée en contact de deux neurones qui passaient par là. Je brandis à mon tour mon index, tout aussi fébrile et indigné, mais bien plus élégant, en direction de la télé. "Mon" slogan. A la télé (aha, prends ça dans ta gueule, M. Je-passe-une-interview-pour-Indeàparis). Obligé, je vais démultiplier mes visiteurs.
Ce qui s'avère être une merveille d'ironie et de cynisme puisqu'en plus de me foutre des JO et du sport télévisé de manière plus générale (en plus, ils vont encore se prendre une tôle), je me gausse de l'initiative citoyenne fébrile et indignée des sportifs français qui a autant de profondeur et d'engagement qu'une manifestation lycéenne.

Ah et tant que je suis à me fâcher avec tout un tas de gens, j'aimerais ajouter qu'entendre parler tous les jours de mai 68, ça me casse les noix : comme disent les jeunes "OSEF". A part peut-être la pub pour Pélerin magazine (j'invente rien - un magazine avec des dossiers de fonds comme "les meilleurs spots pour pécho à Lourdes", "34 jeux de mots avec St-Jacques-de-Compostelle", "Guide comparatif des meilleurs bâtons de pèlerins", "Genèse d'une expression : trois pèlerins et un tondu" mais là, j'avoue, j'invente), pub qui réinvente un slogan soixante-huitard : "faites l'amour, pas avec toi". Du coup moi aussi je veux jouer, et je propose "sous les pavés ta mère".

Mais pour en revenir à ma célébrité naissante, je tiens à préciser, au cas où vous n'auriez pas compris, ou pas tout lu, ça peut arriver, que je ne participe pas de ce mouvement de réprobation à l'égard de la Chine, pays que je soutiens dans sa lutte contre le Tibet : si moi aussi j'avais pour voisins des chauves qui lévitent en robe orange dans des montagnes, j'aurais tendance à ma méfier.

06870525

Et je tiens à saluer la clairvoyance d'une certaine Marie qui sut peut-être même avant moi que j'allais parler de ça.

Posté par Black_Ninja à 16:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]

13 février 2008

Suite et fin.

Bon alors, en premier lieu, désolé pour ce retard. Je ne suis pas mort, mais j'ai bien franchement failli y passer. En effet, j'ai eu la grippe. El grippo, comme on dit dans les steppes (oui, je me suis fait soigné par un vieux chaman portugais).   
Et comme au début je pensais que ce n'était qu'un état grippal tout con, du genre en trois jours c'est fini, et bin j'ai laissé traîné et ça m'a coûté bien plus long.    
Et non, je ne vais pas voir le médecin, c'est pas automatique le médecin. De toutes manières, pour ce que ça vaut un médecin... je veux dire, cette après-midi, en discutant avec une quasi-interne en médecine, elle me demande "t'as fais un état grippal de quoi ?" J'étais un peu étonné. J'ai répondu "un état grippal de grippe". Visiblement, c'était la réponse attendue. C'est bizarre la médecine. Un peu concon, aussi.

Avant de passer à autre chose, juste un petit conseil : ne regardez pas trop d'épisodes de NCIS quand vous faites de la fièvre, après, on délire, on investigue sur les conditions de sa propre mort, à la recherche du fils de pute qui nous a inoculé la grippe à l'aide d'une seringue.

Voilà, bon, avant d'hésiter pendant une semaine entre le monde des vivants et celui des morts, je voulais vous parler d'une nouvelle percutante tirée de mon Ouest France quotidien (c'est gratuit, alors je vous avouerai que je prend ce qu'on veut bien me donner). C'est un graphique dont vous retirerez vous-mêmes toute l'importance :

Saucisson

Hardi les gars ! le saucisson baisse de 1,2% !!    
Haha, le rouleau compresseur économique français est relancé ! Voilà qui va ravir le charcutier-trader qui sommeille en chacun de nous.

Voila-voilaaaaaaaaa.

Posté par Black_Ninja à 23:12 - Commentaires [7] - Permalien [#]


30 janvier 2008

Ma fabuleuse journée (part 1)

Alors trois fois rien, hein, juste j'essaie de maintenir le truc en vie.
Tout a commencé en cours, ce matin, à la pause (09h30, oui, nous on a une pause de 10 minutes au milieu du cours, même si le sus-dit cours ne dure que deux heures - sans doute serions nous trop exténués sinon, en même temps je sais pas, c'est jamais arrivé). Bref, après une leçon/rappel sur l'autisme, une question agite mes voisins de droite (bien que plutôt anar' à la réflexion) : mais-où-c'est-y-qu'il-est-l'Antarctique ?

Et ça, ça me fait du mal à l'intérieur, pour reprendre, moi, le propos d'un autiste. Restez concentrés, je ferai un autre appel à l'autisme par la suite. En effet, de un : wateufeuk, ai-je envie de dire. Le rapport, Roger, le rapport, tu l'as mis où ? (pour cette phrase, j'ai longtemps hésité avec "Passe-moi le rapport Josette", je sais pas trop lequel est moins nul - je compte sortir un DVD, alors je m'entraine pour les bonusques (hum, je crois que ça va être un peu confus ce soir, courage ami lecteur)). Et de deux, bien que la géographie ne soit pas notre domaine d'étude, et bien que la géographie ne fasse pas vraiment partie de mes points forts (ce jeu me le rappelle de manière infamante), bon sang, on en est quand même à valider un bac +5 cette année, alors bordel, l'Antarctique, quand même, enfin.

Et cette interrogation a donc animé mes voisins le reste de la matinée, la question ressortant à chaque pause (au nombre de trois, puisqu'on avait deux cours de 2h, et une pause inter-cours, eh oh, faut pas déconner hein, touchez pas à nos acquis sociaux). Avec des explications toutes plus fumeuses les unes que les autres : "c'est en haut je crois, parce que dans Antarctique, y'a un N, comme Nord tu vois, alors que dans Arctique, bah non". En tout cas, dans les deux, y'a un C, couillon. Et j'aurais aimé pouvoir croire à du second degré.

Mais le pire, dans tout ça, le pire, c'est que je savais pertinemment que l'Antarctique est au Sud, même que y'a la Terre Adélie et des manchots ; alors que l'arctique, c'est principalement de la glace et c'est des pingouins là-haut (truc drôle sur le pingouin : il ne meugle pas, il ne braie pas, ni n'hennit : il jabote - chacun ses passions, moi, c'est les cris d'animaux) et que c'est essentiellement défini à partir du cercle polaire arctique qui passe par la Russie, Canada, Groenland et autre régions accueillantes (mais pourtant pas Tourcoing, étonnant) donc bref, je sais que l'Antartique est au Sud, et que y'a pas à demander pourquoi (après tout j'en sais rien, personne m'a consulté le jour où on a rangé les pays et les continents - j'en veux pour preuve que si on m'avait chargé de ça, j'aurais fait un truc bien rangé, avec des pays en carré, au lieu des trucs insignifiants et dispersés comme on a, là (faut vraiment qu'un jour, lorsque je partirai en vacances, je vous photographie le coffre de ma voiture, c'est toujours une merveille de rangement, merci Tetris)).

Bref, je savais. Et donc le pire, c'est que bien que je savais, et bien que je savais bien que je savais (oui, oh, je m'amuse comme je peux hein), et bien il a quand même fallu que je vérifie, parce qu'ils m'ont mis le doute, ces cons. Je les hais. Pour la peine, je raconterai le reste un autre jour (c'est aussi histoire de garder des trucs à raconter sous le coude en fait).

Posté par Black_Ninja à 23:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 janvier 2008

Carlos, un ange monté au ciel

Bon, alors hier, ça a vraiment été une journée de merde. Déjà, je me suis levé à 6h30, ce qui est un traitement inhumain pour moi. Tout ça pour des partiels en plus. Et puis tiens parlons-en de ces partiels :  c'est tombé sur LA matière sur laquelle tout le monde a fait l'impasse. C'est tellement à contrepied de l'enseignement qu'on reçoit, et en tirage au sort avec une matière hyper importante dans notre formation, que forcément, on se dit que ça tombera jamais.
Sauf que ça tombe, genre une fois tous les dix ans, et ça a été pour nous. Je me souviens même que pour déconner, au cours du semestre on se disait "ça serait drôle si ça tombait dessus". Et bien non, finalement, c'est pas si drôle que ça. Bon, ça a fait rire jaune un bon 3/4 de la promo, mais globalement je préfère la blague des deux putes.
Bref, après trois heures de laborieuses recherches centrées sur ce que je vais bien pouvoir raconter (et au final, on est surpris - mais pas tellement - de voir le nombre de poncifs qu'on peut écrire pour éviter la page blanche), je rentre donc chez boudin. Et là, il pleut. Sale temps pour une sale journée : normal.

Mais tout ça n'est rien, ou alors ce n'est que frivolité inconsistante et pleurnicheries geignardes, comparativement au drame ayant frappé la France, ce midi du 17 janvier 2008.
Aux infos de la radio (Boudin me faisait justement remarquer que c'est so bobo de dire qu'on écoute les infos à la radio - avec les chargées de recherche de son stage qui hurlaient tour à tour que elles aussi elles écoutaient les infos à la radio, à croire que si elles ne le disaient pas, elles risquaient d'être mal vues), bref aux infos, on nous apprend que le numéro 1 de la bonne humeur française a disparu.

Alors j'en profite pour glisser un mot au sujet de cet exaspérant euphémisme. J'ai déjà du mal quand je l'entend une fois, mais Morandini (le seul laxatif auditif) s'est évertué à le caser à chaque fin de phrase. Alors voilà le truc : Carlos n'a pas disparu, on sait pertinemment où il est, il est mort. M. O. R. Mort.

Oui, le guilleret troubadour, le gros barbu rigolo, le poète à la verve ensoleillé, le frétillant saltimbanque, l'anté-Baudelaire, le chansonnier vindicatif, bref, Carlos, l'homme aux milles noms nous a quitté pour des horizons plus enchanteurs.
Cela a provoqué une énorme vague de tristesse hier midi (à tel point qu'il m'a fallu attendre un jour avant de pouvoir écrire à ce sujet). Tout le monde était sous le choc.

Témoignages (ou comment faire de la ligne à peu de frais, sur le dos des potes).
12.33 : "[...]je demande demande trois jours de deuil national, et un hommage sur ton blog... Merci" J.B. aka Bhaâl. De rien farfadet, ça faisait partie de mon devoir. J'espère qu'il aura des funérailles nationales et qu'on l'enterrera sous l'Arc de Triomphe à la place de l'inconnu.
12.34 : "Il est mort? papayou à son âme" Q.R. Je comprend ton incrédulité, mon ami.
12.34 : "Non je veux pas te croire, c'est impossible ! [...] Nous sommes quasi orphelins" Y.L., aka Nanou dog.
12.45 : "Oh nooon!! il ne peut pas nous quitter si tôt ! Toi qui oeuvrais pour le bonheur de tous, repose en paix, ô grand papayou" M.B.
12.53 : "Oh mon dieu, Carlos est mort ..." A. C.
Au fil de la journée, les statut Gtalk deviennent "en deuil".

carlos_en_slip_ange

C'est une bien difficile réalité qu'il nous faut accepter, adieu Carlos, tu auras su apporter du bonheur à des milliards de gens. A l'instar de Gregory Lemarchal, tu es décidément parti trop tôt. Cependant, françaises, français, belge, belge, blogueuses et blogueurs du monde entier, ne vous laissez pas gagner par la tristesse : Carlos aurait voulu que nous procédions à d'orgiaques libations en son honneur : alors mes amis, buvons, mangeons, et tirelipimponnons nous le chihuahua.


Edit : Aujourd'hui, c'est Bobby Fischer qui est mort à 64 ans, lui aussi, mais à Reykjavik. Si vous connaissez des gens qui ont 64 ans, dites-leur que vous les aimez. Vite.

Posté par Black_Ninja à 16:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 janvier 2008

Bon alors cette galette

C'est ma nouvelle passion. Avant, ma passion, c'était d'en manger. Maintenant, c'est de les faire. Puis de les manger (faut pas déconner). Tellement ma nouvelle passion que j'en rêve le soir précédant le début de mes partiels.

En plus c'est con comme la mort : deux pâtes feuilletées, un mélange de sucre et de poudre d'amandes (pour les proportions, je suis partisan du "plus y'en a, plus y'en a"), deux œufs, de l'amour et un jaune d'oeuf pour lier les pâtes et faire dorer celle du dessus.

Sauf que y'a un geste technique à faire. Que genre si tu fais pas, après t'es dessus : faut faire un trou au milieu de la pâte du dessus. Z'appelent ça une cheminée.

Et l'intérêt d'une telle chose, c'est d'éviter de se retrouver avec ça (si vous cliquez, ça agrandit) :

Photo247

Evidemment, vu de haut, ça se voit pas trop. Mais sous un autre angle, ça donne ça :

Photo248

Avouer qu'on a plutôt envie de crier à l'arnaque, devant cette galette remplie de vide. Bon, l'avantage, c'est qu'on sait assez facilement où est la fève.

Photo248b

Voilà, c'était juste pour ces gros gourmands de Karin et Bhaâl, qui me harcèlent dans les commentaires. Pour les photos, désolé de la piètre qualité, je les ai prises avec mon téléphone.


Edit : Little Boudin écrit dans son commentaire "PS: au fait, tu n'as pas indiqué combien de farine il faut mettre?" comme ça, en passant, l'air de rien. C'est une provocation.
Tout ça sous le fallacieux prétexte que lors de la préparation de la 1ère mouture de la 1ère galette j'aurais confondu "mélanger 120g de poudre d'amande avec 120g de sucre" pour "mélanger 120g de poudre d'amande avec 120g de farine".
L'important c'est quoi ? C'est bien qu'il y en ait 120g de chaque, non ? Après, farine ou sucre, c'est de la pinaillerie, clairement.
Bref, tel un héros des temps modernes, je suis ressorti acheter de la poudre d'amande au marché plus pour recommencer à zéro. De son côté, Boudin a lamentablement récupéré le mélange farine/amande en le transformant en délicieux gâteau au chocolat/amande/miel dans le simple but de me ridiculiser.
Mais je maintiens : tout cela ne serait jamais arrivé si Boudin avait eu un four plus grand.

Posté par Black_Ninja à 19:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Faisons avancer la science

Ce midi, en marchant dans la rue, sous la pluie, je me suis aperçu que quand on porte une capuche alors qu'on ne s'est pas rasé depuis quelques jours, et bin ça fait "scroutch-scroutch".

Posté par Black_Ninja à 18:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 janvier 2008

Période de révisions

Je passe des examens (les avants-derniers probablement, on va tout faire en sorte en tout cas) de mercredi à vendredi.
Du coup, je suis, à corps défendant, en période de révisions.

C'est donc pour moi l'occasion de travailler mes cours, m'inscrire sous google reader, trier des tonnes de fichiers musicaux en vrac, faire des sauvegardes pour libérer de la place sur mon disque dur, traîner sur des sites de vidéos à la con, cuisiner une galette des rois pour la deuxième fois en trois jours, chatter, reprendre mon blog (ce qui devrait vous prendre encore à peu près deux semaines pour le remarquer, je n'ai que ce que je mérite ! si je re-disparais aux alentours de février, je devrais donc revenir fin mai), jouer avec mon chien, le sortir (il fait beau, c'est agréable), faire les lessives de Boudin (mais je ne vais pas aller jusqu'à les repasser), lire (mais des conneries), ajouter des modules à ma page d'accueil google ou à firefox, prendre un bain (pour évacuer tout le stress, vous comprenez).

Little Boudin s'en sort un peu mieux : elle fait du step, regarde le Journal de la Santé, est happée par la TV, fait du ménage, sa vaisselle (si, c'est plutôt hors du commun, donc je le note), mate des épisodes de cold case (la saison 4 est vachement mieux, m'a-t-elle confié) et travaille ses cours.

Et vous, quelles sont vos activités préférées en période d'examens ?

Posté par Black_Ninja à 14:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]

So girrrly

Magie du capitalisme (?), une ampoule de phare (5€), même pas de tuning, en position veilleuse, met sa misère à une batterie (50€).
Ne pas pouvoir démarrer sa voiture quand, déjà, on est en retard, ça, par contre, ça n'a pas de prix.

C'était mardi, le 08. J'avais cours l'après-midi. Oui mais quatre heures hein. De 14h à 18h. Donc je sors de chez moi à 13h30, me préparant à 20 minutes de conduite pour aller à la fac, puis 15 minutes pour trouver une place et rejoindre la fac. Bref, j'étais large.
Pourtant, je m'étais bien réveillé comme il faut, à 10h30, j'avais même mis un réveil pour l'occasion, pour faire tout bien comme il faut. Ça aurait du marcher. Et puis non, bêtement. Suite à un malencontreux vortex happeur de temps, je me suis vu contraint à 13h10 de me ruer sous la douche et y subir un autre mini-vortex de 10 minutes.

Bref, c'était en retard que je me dirigeais vers ma voiture, ma fière et rutilante polo grise. Je m'y installe et tourne la clef, en vain, vous l'aurez compris. Je n'ai droit à pathétique toutoutouf. Je ré-essaye, même si c'est débile, re-toutoutouf. Sans surprise donc.

Heureusement, je suis équipé, je sors donc mes pinces crocro du coffre. J'en fixe une à la borne + de la batterie, et une autre à une prise reliée à la terre. Parce que dans ma notice, ils me disent de faire "+/+ ; -/terre" (même si je sais qu'il y a plusieurs autres écoles, comme le "+/+ ; -/-" ou encore le "+/téton gauche ; -/téton droit" (mais ça doit piquer)).

J'étais donc dehors (mais il faisait beau, rassurez vous), capot ouvert, pinces crocro branchées, mais manquant désespérément d'une batterie, si possible chargée pour donner l'impulsion frémissante nécessaire au démarrage de ma polo fuego (modèle unique au monde).

Et alors bizarrement, les gens sont au travail à cette heure-ci. J'habite un charmant petit lotissement, d'une petite bourgade, où il n'y a pas grand passage de monde. Ce qui est d'habitude plutôt agréable. Sauf que là, j'avais besoin de quelqu'un, n'importe qui, je m'en fous, et bien non, personne.
Ah ça quand il s'agit de me réveiller indument à 11h pour me vendre des calendriers moisis avec des chatons, les gens de la poste sont là, mais pour m'aider à démarrer ma voiture, plus personne. Et on voudrait que je sois solidaire avec les fonctionnaires.

Bon, je vous la fais courte, ça n'a de toutes manières que trop duré : ça m'a pris dix minutes avant de croiser une voiture, qui a bien voulu m'offrir un peu d'électricité en contrepartie de remerciements.
Bon, pour le coup, j'étais trop en retard pour me pointer décemment au cours, alors îvre de rage, furibond de colère et furieux d'îre, je suis allé faire les soldes. Et je me suis trouvé un charmant petit T-shirt jaune. JAUNE. (pour comprendre ces majuscules, euphémisons que j'ai une légère tendance à porter des couleurs sombres ou neutres).

Donc pour résumer : panne de voiture, démarchage de tiers pour m'aider à démarrer, plus soldes, plus jaune ; conclusion : niveau girlitude, beat this, Araignée !

 

PS : de toutes manières, avec le crayon que j'utilise actuellement, je vais être imbattable pour encore quelques mois.

Caribou_2     Caribou    Caribou_3

Posté par Black_Ninja à 00:51 - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 janvier 2008

Non mais de qui se moque-t-on ?

Afin de fêter dignement mon éventuel retour, j'ai décidé de faire les choses en grand et de vous sortir le grand jeu. Mais vous verrez pas mon cul. Alors voici, mesdames, messieurs, mesdemoiselles z'et consorts, rien que pour vos yeux z'ébahis z'et t'écarquillés de stupeur (les gens qui font les liaisons sont de plus en plus rares, aidons-les à survivre), bref, pour la plus grande joie de vos mirettes ...

 

El_magnifico

Le plus beau J majuscule de la Création. Et c'est moi qui l'ai fait hein !
Avouez que ça vous épate. Même que ça vous en bouche un coin. Cette pureté de la forme, cette élégance dans la courbe, cette alliance de la naïveté et de la sexualité assumée, ça ferme la gueule quand même.
Bon par contre, au vu de la forme de la lettre suivante, pour des raisons évidentes d'anonymat et de respect de la vie privée, j'ai préféré la flouter. J'aurai très bien pu la travestir, en lui mettant une perruque, une fausse barbe et des lunettes noires mais ça aurait demandé des moyens techniques et financiers que mes actionnaires n'auraient jamais acceptés.

Sinon, par la suite, peut-être une note à venir. Faut voir.

Bon, et si vous ne voulez pas avoir l'impression d'avoir *totalement* perdu votre temps ici, vous pouvez toujours aller remuer votre cu-cul au rythme du beat de la fonk, par exemple. Et je veux voir tout le monde en tenue pailletée.

Posté par Black_Ninja à 23:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juillet 2007

Le fromage des gastronomes, peut-être, en culottes courtes, certainement.

Petite expérience ludique à réaliser chez soi.

Prenez une boîte de kiri

4


Sortez-en un (sans vouloir vous commander).
5


Dépliez l'emballage.

6


Retournez-le.
7

BORDEL, dites-moi que je ne suis pas seul à y voir quelque chose de sexuel.

Posté par Black_Ninja à 00:38 - Commentaires [8] - Permalien [#]

12 juillet 2007

La fièvre du blogging

Bon alors, rapidement, un petit interlude, inspiré par l'Araignée, qui met ses derniers googlage (le principe : la manière la plus absurde d'arriver sur un blog en tapant des trucs franchement bizarre sous Google).
Bien que pas mal mort depuis quelques mois, ce blog me procure toujours autant de plaisir niveau mots clés. En voici quelques uns, parmi les trente derniers, fautes d'orthographe d'origine.

voir la photo des plus long pied du monde
je reve que je me fais chier desu --> on notera la constante scatophilie de ce blog
les skyblog de la chapelle gauthier -->
represent
voir la plus grosse femme du monde
les cochonnes s'amusent
PUTES MELUN -->
du calme l'ami, du calme
etre un ninja en une journee
fou plafond -->
accroche pinceau enlève échelle
sanibroyeur humour--> le premier qui dit que c'est paske j'ai un humour de merde, je le donne à manger à mes poneys

Mais il y a aussi des entrées plus proches de la vérité : "le meilleur couple du monde". C'est vrai, nous sommes percés à jour, Boudin et moi avons remporté le championnat du monde de couple.
(oh allez, ça va, un peu de tendresse et des sentiments forts ça change un peu)

Posté par Black_Ninja à 15:45 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Les jeux videos et moi... une grande histoire d'amour ambivalent.

Part 3 - C'est la fête, trois billets le même soir

Ca devrait me prendre 7 à 8 mois pour m'en remettre

Et puis encore après (oui, j'ai la flemme de faire des enchainements corrects, je ne suis qu'un homme, canalblog m'emmerde, et il est 1h du mat'), je suis arrivé à la Nintendo 64. Alors là, par contre, je me suis pas mal éclaté. Y’avait pas beaucoup de jeux sur cette console, certainement pas de jeux "adultes" avec des tripes et des boyaux, et pis des zombis et du sang qui gicle, mais bordel, qu’est-ce que j’ai pu m’amuser avec cette console.

Ca tient à peu de choses, mais pour l’époque c’était une révolution en trois mots : quatre ports manette. Et vas-y que je te tue à Goldeneye (oui, je m’en sortais pas trop mal en jouant contre des amis qui n’avait pas la console chez eux, ça équilibrait un peu). Un jeu où on peut coller des mines de proximité sur un ennemi est forcément un bon jeu. Puis par la suite Perfect Dark, même principe, en plus joli, avec possibilité d’ajouter des bots, des amis imaginaires.

Mario Kart aussi de la bonne rigolade entre jeunes qui ne fument pas de drogues. Quoique, quand t’en parle à ta famille, ils sont un peu inquiet : « C’est un jeu de course, et pis la paf ! t’envoie une carapace rouge, ou une verte en arrière, ou alors carrément une bleue. Tout à l’heure j’avais un éclair, mais on m’a lancé un fantôme alors je l’ai perdu et j’ai fini dans un pingouin qui a explosé ».

Super smash bros aussi, un bon jeu qui fait rire entre amis jusque tard dans la nuit. Le principe c’est de réunir les héros de Nintendo (Mario, Luigi, Pikachu, Samus, Link, Kirby, Rondoudou, …) et tu les fais se taper dessus. Basique, efficace. En plus des capacités propres aux personnages (j’avais un ami particulièrement chiant avec les bombes de Link, un autre avec les déplacements éclairs de Pikachu ainsi que ses petits éclairs de merde qui me bloquent pendant ma grosse attaque de la mort, mais je me vengeais avec Samus et ses méga-boulettes – jouez pour comprendre), il y a les objets. Parapluie, pistolet laser, fleur qui crache du feu, marteau, mines, œuf, et … la terrible batte de baseball. J’ai été le premier à savoir me servir correctement de cet outil de nettoyage massif. Le principe du jeu, c’est donc de se cogner, vous l’aurez compris, mais y’a pas de jauge de vie : chaque coup augmente les pourcentages de chance de se faire virer de l’arène de combat par un coup plus ou moins puissant. Or, avec la batte de baseball, si on l’utilise bien, le coup est fatal, quel que soit le pourcentage. Autant dire que j’étais fier comme Artaban (même si je ne connais pas cette personne) de savoir maîtriser un truc et que du coup, on me craigne. Ca a pas duré très longtemps, mais c’était agréable de les pourrir, pour changer.

Sinon, j’ai aussi du plaisir tout seul (rien de sessuel) avec cette console, avec quelques jeux précités (que j’ai terminé !! – sauf Perfect Dark, même en facile, la dernière mission j’y arrive toujours pas), et d’autres : Zelda (gosh, ça c’est un jeu – en plus, le boss final, je lui ai mis la misère du premier coup), Banjo & Kazooie et Donkey Kong 64 (qui bénéficient quelque fois d’un humour décalé et second degré que j’aime bien, mais j'ai la flemme de développer).

.

Je vais m’arrêter là dans cette biographie vidéoludique, parce que si je commence à parler des jeux PC qui m’ont plu, autant dire que je suis pas couché et ce post est déjà suffisamment long (je me suis même senti obligé de le scinder en trois parties, du genre épique épopée).
Si j’ai le courage, si ce que j’ai écrit ne vous a pas trop ennuyé à lire, et si vous me demandez fort en m’appelant père Castor, je conclurai par les jeux PC.

Sinon, ça tombe bien que je vous parle de jeux vidéo puisque j’avais trouvé cette image qui me faisait bien rire et que je voulais partager. C'est à propose de la dépendance aux jeux vidéo, ça été trouvé ici

freud_counter

Enfin, toujours dans la veine mangerbouger.fr, après les jeux vidéo, ce lien : click me tender, click me true.

Posté par Black_Ninja à 01:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]